Formation des intervenants associatifs et pairs dans les séances de sensibilisation au projet de vie

Formation des intervenants associatifs et pairs dans les séances de sensibilisation au projet de vie

 

Ne pas oublier l’objectif. Développer l’expression des projets de vie pour la mise en œuvre des moyens de compensation.

Dédramatiser la notion de projet de vie, donner envie de l’écrire.

A savoir toujours : le changement fait peur ; le futur fait peur ; on pointe dans ces temps d’échange ce qui fait mal. [Symbole] deux positions possibles : tendance à la censure ou à la revendication (ne plus avoir de handicap)

Amener la personne à prendre la décision d’écrire son projet de vie devant le groupe = 4x fois plus de chance que cela se réalise. Avez-vous maintenant envie d’écrire ce projet : « OUI »

 

Pour les pairs : utiliser au maximum le « je » ;  « pour moi… je ». Faire le geste vers soi

Parler de choses concrètes.

Faire sentir aux personnes qu’elles ne sont pas seules face à la difficulté. « c’est normal,  pour moi aussi c’était dur … ».

Partir de la décomposition de la journée, puis de la semaine, de l’année pour balayer tous les rêves ou tous les obstacles, les difficultés ce qui est insupportable (le négatif permet de pointer des désirs…). Reconnaître la souffrance de l’autre. Mais pointer que l’objectif c’est le projet de vie, la PCH et les orientations sont  des moyens mis en œuvre pour peser sur l’environnement et permettre d’aller vers l’objectif[Symbole] ramener sur du possible

Le pair est le modèle, le confident, le frère, la sœur il parle avec son CŒUR

 

Pour le représentant associatif : il ne parle pas avec le cœur (enfin il essaie), il parle avant tout avec son CERVEAU : réexpliquer que la grande révolution de la loi c’est de pointer les obstacles et les difficultés liées à l’environnement en partant du PROJET DE VIE. C’est à partir du Projet deVie que les réponses et les moyens de compensation seront le mieux adaptés aux besoins de la personne. Contrairement aux dispositions antérieures où les personnes faisaient en fonction des moyens disponibles, les moyens aujourd’hui doivent être décidés à partir des projets…

Le représentant associatif doit être complice du pair pour passer le relais au besoin. Il doit pouvoir exprimer ce qui se ressent dans le groupe pour lever les chapes de plomb.  C’est un haut parleur, un baromètre. S’il l’exprime il permet aux autres de l’exprimer aussi….

Il doit reformuler pour proposer ; transformer le négatif en positif.

Proposer aux personnes en grande difficulté de leur fournir en fin de séance les noms des associations susceptibles de les accompagner et de les écouter plus longuement

Il faut que le rêve soit exprimé même si ensuite le principe de réalité devra s’appliquer comme pour toute personne. Une personne valide n’a pas nécessairement les moyens de réaliser tous ces rêves [Symbole] la frustration fait partie de la réalité

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.