Plénière du 13 décembre 2011 dans les locaux de l’URIOPSS à Jarville

A 13 h 30, le bureau accueille nos collègues de la Moselle : Cécile MICHEL, Gérard ABEILLE et Serge TOURSCHER.

Ils nous présentent leur collectif, les motivations qui les ont conduits à le créer.

Certaines grosses associations de la Moselle, se sont accaparées les postes dans les institutions départementales, ce au mépris des petites associations.

Le collectif 57 a débuté avec quatre membres, et en compte 19 aujourd’hui.

A travers cette discussion à bâtons rompus, il ressort que les préoccupations soient sensiblement les mêmes que dans le 54. Par exemple : le nombre de dossiers à traiter lors des CDA reste très important, et beaucoup ne sont pas traités avec toute l’attention qu’ils méritent.

Il est rappelé que pour le Collectif 54, l’objectif est de réunir un maximum d’associations de toutes tailles, dans une logique de coopération et de représentativité de tous les types de handicap. A ce jour le Conseil général et la MDPH considèrent le Collectif 54 comme un partenaire à part entière.

Assistaient à la réunion
[ Collectif 57 ] : APF (57) Serge TOURSCHER
[ Collectif 57 ] : France AVC Lorraine Gérard ABEILLE
[ Collectif 57 ] : TRISOMIE-21 (57) Cécile MICHEL
A F M Lorraine-Alsace Robert CORDIER
AFTC Lorraine Mahmoud SODKI
AGI – SIVU Christelle LANDFIED
APAJH 54 Françoise BOLLE
APEDYS Martine GROSMAIRE
APF (54) Nelly FAGHERAOUI
Espoir Lorrain des Devenus Sourds Francis BIRKEL
FNATH – NANCY ET ENVIRONS Alain MERGER
GIHP Vincent HAREL
Mosaïque Etienne SIAUD
Mosaïque Mireille DEREU
TRISOMIE -21 (57) Chantal HAVEN
UNAFAM 54 Morgan FORTUNA
UNAFAM 54 Philippe BONNEVAL
URAPEDA Benoit GILLET
Excusés :
Accueil Epilepsies Lorraine Jean-Claude KULINICZ et Fernand BELLOY
AFTC Lorraine Nathalie HENNEMANN
AGI de DOMIGIHP Brigitte HENNEQUIN
APF (54) Bernard BERRAUD
ASPERGER Lorraine Florence BOCCIARELLI
Association des cardiaques congénitaux Agnès SESMAT
Espoir Lorrain des Devenus Sourds Danielle MORQUIN
URAPEI Joseph ROUYER
URIOPSS Sylvie MATHIEU

 

 

 

Vincent remercie les membres présents à notre rendez-vous, et de même l’URIOPSS qui nous accueille dans ses locaux.

 

1.  Désignation du secrétaire de séance :

 

Alain MERGER se propose, l’assemblée accepte.

 

2.  Date et lieu de la prochaine plénière :

 

 

 

 

Vincent propose trois dates : 28 février, 13 mars et 37 mars.

La date du 13 mars est retenue, nous nous retrouverons dans les locaux de l’URIOPSS à Jarville, à 13 h 30 les membres du bureau et à 14 h 30 la plénière.

Il est prévu de proposer aux membres du collectif un calendrier annuel de réunions plénières.

 

3.  Le Collectif Handicap 57

 

  • Cécile MICHEL présente le Collectif Handicap 57, aux membres de la plénière. Elle nous cite les difficultés rencontrées par les petites associations du 57, qui se sont vues évincées par certaines grosses structures. Il paraît évident que le fonctionnement des institutions ne peuvent fonctionner correctement, sans le respect des règles les plus élémentaires de la démocratie. De même, le traitement des dossiers présentés en commissions ne donne pas toute satisfaction. Leur nombre de plus en plus important, y est sans doute aussi pour quelque chose.

Une certaine prise de conscience sur la nécessité de travailler ensemble, amène à la création du collectif 57, aussi avec le Collectif 54.

Les détenteurs des ‘’ pouvoirs ‘’ et autres ‘’ décideurs ‘’, ont intérêt à diviser pour régner en toute quiétude. Les associations se doivent de réunir leur force pour peser au plus fort pour la défense des droits de personnes handicapées. Les Collectifs ne doivent être ni caution des institutions, ni opérateur des institutions.

 

  • Il est évoqué les perspectives de collaborations futures entre les collectifs 54 et 57, sans perdre de vue que les départements de Vosges et de la Meuse pourraient y trouver leur compte aussi. L’Alsace n’étant pas très loin …

Il est convenu de créer une commission interdépartementale, pour organiser ce travail en commun de défenses des droits des personnes handicapées, d’échanger informations et expériences.

En attendant de monter la première réunion de cette commission, les volontaires du Collectif 54 intéressés sont invités à se faire connaître. Un appel sera fait par Internet auprès de tous les membres du CH 54.

Le Collectif 57, procédera de même, et les premiers échanges se feront par Mel, pour arrêter le mode de fonctionnement de cette commission interdépartementale. Il est rappelé également qu’il ne sert à rien de s’opposer sans proposer.

 

4.  L’association MOSAIQUE

 

Mireille DEREU et Etienne SIAUD présentent leur association toute nouvelle sur Nancy. Nous devons leur présence parmi nous, à Monsieur Dussine, Directeur de la MDPH 54.

L’association porte depuis 2009 le projet de création de petites résidences pour personnes adultes handicapées mentales dans l’agglomération nancéienne.

Leur concept : ‘’ Accueillir la personne handicapée mentale c’est accepter une relation qui nous rend plus humain ‘’.

L’association Mosaïque a pour objet ‘’ d’assister et d’accompagner dans leur vie quotidienne des personnes adultes atteintes d’un handicap mental ‘’ et plus spécifiquement de ‘’ créer des lieux de vie leur permettant de partager leur vie avec d’autres, de progresser sur tous les plans, et de trouver par là même une place dans la société ‘’ .

L’association compte en mars 2011, 260 adhérents et s’appuie sur un réseau de 450 personnes.

En février 2010 l’association Mosaïque a signé une convention d’avant-projet avec la fédération de L’Arche en France. Elle travaille en collaboration avec les structures nationales de l’Arche au montage du projet de création de lieux de vie pour personnes handicapées mentales sur l’agglomération nancéienne.

Elle organise des manifestations pour faire connaître la personne handicapée mentale, la proposition de l’Arche, soutenir son projet et offrir des occasions de rencontres conviviales.

 

Leurs coordonnées:

Association Mosaïque

13 rue Jacquot-Defrance

54520 LAXOU

[Symbole] : 03 83 40 45 44

[Symbole]  :  Projet-nancy@arche-france.org

 

Au nom des membres du Collectif handicap 54, Vincent leur souhaite la bienvenue.

 

5.   Le questionnaire : bilan des réponses et avenir du Collectif Handicap 54   (voir en annexe)

 

 

Le fonctionnement du collectif vous donne-t-il satisfaction ? Précisez. :

 

Oui :

  • actif et solidaire (efforts des membres pour se discipliner et parler dans le micro de la bande magnétique),
  • les infos par mail,
  • structuration et de développement du travail en réseau

 

non :

  • incompréhension du fonctionnement,
  • se limite trop à des échanges
  • méconnaissance du collectif dans le grand public,
  • problèmes d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap auditif

 

L’incompréhension du fonctionnement : Alain explique que, lors de la réunion du printemps dernier portant sur la représentation des associations dans l’Agence Régionale de Santé, certaines associations avaient fait acte de candidature, individuellement. Cela l’a surpris de voir que la règle de représentativité des associations par le CH 54, n’était pas respectée. Il lui est expliqué qu’entre autres, certaines avaient été contactées directement pour ce faire.

Méconnaissance du CH54 par le grand public : il est précisé que le collectif n’a pas vocation à s’adresser au grand public faute de moyens. Il est rappelé que la MDPH a un devoir d’information.

 

Globalement, le collectif répond-t-il à vos attentes ? 

 

Oui :

 

  • Implication active dans les actions
  • bonne identification du collectif par la MDPH et les partenaires
  • liens étroits avec la MDPH
  • le collectif est nécessaire pour défendre les intérêts de toutes les personnes
  • bonne représentativité des associations en lien avec le handicap, du début à la fin de la vie
  • le travail en commission permet la rencontre et le partage de situations de handicap jusque-là inconnues et de leurs besoins

 

Non :

 

  • Le collectif pourrait se pencher sur la question du chômage des personnes en situation de handicap.
  • Le collectif pourrait mieux se faire connaître
  • Besoin d’explicitation sur certains débats relevant parfois de compétences professionnelles

 

On relève les bonnes relations MDPH / CH 54

 

Le collectif vous semble-t-il suffisamment représentatif des associations œuvrant dans le champ du handicap ?

 

Unanimement oui.

Représentation plus importante des professionnels par rapport aux bénévoles

 

Les professionnels sont tout aussi impliqués que les bénévoles. Encore en activité et/ou pris par leurs obligations, ils sont moins facilement disponibles ?

le nombre de plénières vous semble-t-il suffisant / ou insuffisant ? 

 

Unanimement suffisant !

 

Sans commentaire

 

L’organisation des plénières, pose le problème, entre autres des horaires. Le fait d’en connaître les dates sur une année complète, vous aiderait-il à garantir votre présence en bloquant ces dates ? 

 

  • permettrait que chacun prenne ses précautions pour être présent

 

  • d’autres réunions se rajoutent toujours sur le tard et il est difficile d’être partout à la fois.

 

  • demandes que les plénières se déroulent en fin d’après-midi.

 

Pas de majorité marquée, il sera proposé des dates prévisionnelles pour 2012, il faut bien essayer pour établir un constat. Quant aux horaires, le problème reste entier.

 

Quelle est votre idée sur un éventuel changement de statut du collectif ? 

 

2 réponses positives sur 8 :

 

  • le collectif organisé en association pèserait plus lourd.
  • Proposition d’une organisation sous forme d’un groupement de structures.

 

Il apparaît que cette approche ne présente pas d’intérêt.

 

Vos remarques, suggestions :

 

  • Encouragements.
  • Quelques dangers guettent le collectif :
  • risque d’épuisement des principaux acteurs
  • risque du chacun pour soi : en effet, comment faire pour conjuguer les intérêts de chacun et ceux du collectif ?

 

Les encouragements sont toujours les bienvenus.

Les risques existent :

  • L’épuisement : le collectif ne doit son existence que par l’investissement des associations qui le composent, à travers leur présence active aux réunions plénières et aux différentes commissions en activité.
  • La vigilance de chacun permettra de maintenir une bonne cohésion du CH 54. Les informations doivent toujours circuler, notamment quand il s’agit de l’intérêt de toutes les associations (expérience ARS !).

 

 

 6.  Co-vice-présidence en CDAPH

Nathalie a été élue co-vice-présidente à la C D A P H.

De fait, le collectif trouve une place qui, au-delà de la représentativité des associations liées au handicap, symbolise bien sa reconnaissante par les élus territoriaux.

Il faut espérer que ce poste ne reste pas que honorifique. De plus, nous savons compter sur l’énergie de Nathalie pour que les droits des personnes handicapées soient respectés.

 7.  Le travail des commissions

Culture Josette BURY (AFTC): josette.bury@laposte.net
Emploi Geneviève MAUGUIN (URAPEDA): mauguingenevieve@wanadoo.fr
Scolarisation des enfants handicapés Christelle LANDFRIED (SISU): sisu.rv@wanadoo.fr
Transports hors urbain Louis BONET (AGI/GIHP): bonetlouis@free.fr
Vie affective et sexuelle Stéphane VOINSON (ESPOIR 54): stefvoin@aol.com
Vieillissement des personnes handicapées et des aidants Robert CORDIER (AFM): rcordier@afm.genethon.fr

Un petit rappel des commissions du Collectif Handicap 54:

Certaines commissions ont eu beaucoup de mal à démarrer, non pas faute de participants, mais faute de temps. Cette denrée rare le devient de plus en plus, nous sommes tous submergés de travail, réunions et autres manifestations diverses.

Robert CORDIER, présente l’avancement des travaux du groupe qu’il anime : ce groupe est entré dans la dernière phase, synthétisation, contrôle sur les thèmes retenus, rédaction.

Le groupe a lancé des appels à témoins qui auraient pu nous faire connaître leur avis et expérience sur le vieillissement des personnes dont ils s’occupent.

Le peu de réponses obtenues concernaient des associations dont la thématique manquait de recul pour formuler un avis.

A ce jour, le groupe ‘’ vie affective et sexualité ‘’ continue son travail après l’organisation du colloque « sexualité et handicap : et si on en parlait ? » en partenariat avec le Conseil Général et l’URIOPSS. En effet, un projet global a été proposé à la fondation de France, laquelle a donné son accord pour un financement de l’action de la commission. Après une première enquête de recensement des besoins et la sensibilisation des acteurs à travers l’organisation du colloque, il est prévu de monter et d’organiser une formation d’animateurs de groupes de paroles autour de ce thème. S’en suivra un suivi de l’installation de ces groupes, lesquels seront destinés aux professionnels, aux personnes en situation de handicap et à leur famille.

Vincent nous fait lecture des résultats d’un sondage réalisé sur la satisfaction des participants. Dans l’ensemble le public a été satisfait, même si quelques détails n’ont pas répondu à son attente. Il est intéressant de constater que le public est assez partisan d’une suite à donner.

oui non précisez
Souhaitez-vous poursuivre votre réflexion sur ce sujet ? 46 09 Formations, groupes de parole, actions dans l’établissement, etc…

55 réponses obtenues, dont 46 favorables à une suite, soit près de 84 %.

Une belle reconnaissance du travail accompli par le groupe.

Philippe BONNEVAL de l’UNAFAM exprime sa préoccupation sur l’accompagnement des aidants familiaux. Il lui est donc proposé d’intégrer une commission déjà existante, et si ce n’est pas possible de réfléchir à la création d’une nouvelle.

Il est 17 h 00, l’ordre du jour est épuisé, Vincent HAREL (aussi !!) clos la Plénière.

Pour le collectif,

Vincent HAREL et Alain MERGER.

 

Annexe 1 : notre questionnaire 

Synthèse des résultats du Questionnaire
1 Le fonctionnement du collectif vous donne-t-il satisfaction ? Précisez.7/8 Oui :

  • actif et solidaire (efforts des membres pour se discipliner et parler dans le micro de la bande magnétique),
  • les infos par mail,
  • structuration et de développement du travail en réseau,

4/8 non :

  • incompréhension du fonctionnement,
  • se limite trop à des échanges
  • méconnaissance du collectif dans le grand public,
  • problèmes d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap auditif
2 Globalement, le collectif répond-t-il à vos attentes ? Si oui, indiquez lesquelles.

  • Implication active dans les actions
  • bonne identification du collectif par la mdph et les partenaires
  • liens étroits avec la mdph
  • le collectif est nécessaire nécessaire pour défendre les intérêts de toutes les personnes
  • bonne représentativité des associations en lien avec le handicap, du début à la fin de la vie
  • le travail en commission permet la rencontre et le partage de situations de handicap jusque-là inconnues et de leurs besoins

Si non, indiquez celles auxquelles le collectif pourrait, selon vous, apporter des réponses.

Le collectif pourrait se pencher sur la question du chômage des personnes en situation de handicap.

Le collectif pourrait mieux se faire connaître.

Besoin d’explicitation sur certains débats relevant parfois de compétences professionnelles

3 Le collectif vous semble-t-il suffisamment représentatif des associations œuvrant dans le champ du handicap ?Unanimement oui.Représentation plus importante des professionnels par rapport aux bénévoles

 

4 Le nombre de plénières vous semble-t-il suffisant / ou insuffisant ? Unanimement suffisant !
5 L’organisation des plénières, pose le problème, entre autres des horaires. Le fait d’en connaître les dates sur une année complète, vous aiderait-il à garantir votre présence en bloquant ces dates ? 3/8 Oui : permettrait que chacun prenne ses précautions pour être présent2/8 Non : d’autres réunions se rajoutent toujours sur le tard et il est difficile d’être partout à la fois.

3/8 expriment la demande que les plénières se déroulent en fin d’après-midi.

6 Quelle est votre idée sur un éventuel changement de statut du collectif ? (ne tenez pas compte maintenant des contraintes y afférant !)2 réponses positives sur 8 :le collectif organisé en association pèserait plus lourd.

Proposition d’une organisation sous forme d’un groupement de structures.

7 Vos remarques, suggestions :Encouragements.Quelques dangers guettent le collectif :

  • risque d’épuisement des principaux acteurs
  • risque du chacun pour soi : en effet, comment faire pour conjuguer les intérêts de chacun et ceux du collectif ?