Enfant et handicap : Sur le chemin de l’école inclusive

Aller à l’école est un droit pour tous les enfants. Pourtant, elle ne s’adapte pas encore assez aux élèves en situation de handicap. En réponse, un nouveau modèle ouvre progressivement ses portes.
La loi du 11 février 2005 l’affirme : l’école doit accueillir tous les enfants, valides et en situation de handicap, en favorisant leur « inclusion ». Ainsi, aujourd’hui, l’école se doit d’être au service des besoins éducatifs particuliers.

Des bénéfices pour tous

Dans une école inclusive, chaque élève a sa place, quel que soit son handicap : autisme, trouble de l’attention, hyperactivité, troubles « dys », déficience motrice ou sensorielle. Un avantage pour les enfants en situation de handicap bien sûr et aussi pour leurs pairs valides, qui s’ouvrent ainsi à la différence et à la tolérance. C’est aussi une source d’enrichissement pour l’enseignant qui travaille en équipe et dont toute nouvelle compétence bénéficie à l’ensemble de la classe.

Des repères pédagogiques inversés

Pour Armelle Lenci, directrice de l’école élémentaire publique de la Porte d’Ivry à Paris, « dans une école inclusive, il ne s’agit plus de se centrer sur la difficulté de l’élève mais de s’interroger sur les solutions, pour lui permettre d’acquérir les savoirs, savoir-faire et savoir-être ».  Avec l’élève, les parents, enseignants, auxiliaires de vie et partenaires (Camsp*, Sessad**, professionnels paramédicaux…) se concertent ainsi régulièrement sur la base du projet personnalisé de scolarisation.

Une école de rêve ?

Mais cette école est-elle réalisable partout ? « Oui, à condition que les enseignants et les directions soient davantage formés, insiste la directrice. C’est mon cas, je suis enseignante spécialisée pour les enfants à trouble du comportement et j’ai été directrice d’un institut médico-éducatif (Ime). Mais c’est loin d’être le cas dans toutes les écoles. » En cas de besoin ponctuel, l’équipe peut faire appel à un enseignant-ressource spécialisé dans l’inclusion. « C’est fantastique mais pas suffisant ! L’idéal serait que le directeur soit formé ou qu’il y ait un enseignant-ressource par équipe à l’année », espère Armelle Lenci. Des progrès encourageants, mais qui restent à soutenir.

* Centres d’action médico-sociale précoce
** Service d’éducation spéciale et de soins à domicile

Pour aller plus loin

Le site de l’école inclusive

« Le site L’école pour tous » proposé par le ministère de l’Education nationale

« Guide pour la scolarisation des enfants handicapés » sur le site du ministère de l’Éducation nationale

« La scolarisation des enfants en situation de handicap » sur le site du ministère de l’Education nationale

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.