Situations de handicap physique et grossesse : c’est possible !

Vos droits Lorsque les femmes en situation de handicap souhaitent devenir mères, c’est souvent possible, mais pas toujours simple. Zoom sur les précautions à prendre.

Avoir un enfant lorsqu’on présente un handicap moteur demande un suivi particulier. Comme l’explique la sage-femme Béatrice Idiard-Chamois, responsable des consultations « parentalité et gynécologie handicap » à l’Institut mutualiste Montsouris de Paris, « ce n’est pas systématique mais il peut y avoir certaines complications comme des risques d’escarres, d’infections urinaires ou d’accouchement prématuré ». Idem pour les personnes atteintes de handicap visuel ou auditif : « Il y a des bons gestes à adopter, ne serait-ce que pour faciliter l’échange, comme lorsque j’emploie la langue des signes avec les patientes malentendantes. »

D’après la loi du 11 février 2005, les professionnels de santé et ceux du secteur médico-social, dont les sages-femmes et les gynécologues obstétriciens, doivent recevoir « une formation spécifique concernant l’accueil et l’accompagnement des personnes handicapées ». Malheureusement, « ce n’est pas très appliqué pour les spécialistes de l’accouchement, déplore Béatrice Idiard-Chamois. Au cours de leur formation, les sages-femmes et les gynécologues n’abordent quasiment jamais, ou trop peu, la prise en charge des personnes handicapées. »

Ne vous laissez pas décourager


Prenez donc le temps de trouver une sage-femme ou un obstétricien sensibilisé à votre situation. Gare également à ne pas vous laisser décourager par les spécialistes qui vous déconseillent d’emblée de vous lancer dans l’aventure de la parentalité. « La vie affective des personnes handicapées est encore un tabou, rappelle Béatrice Idiard-Chamois. Il peut y avoir des réticences, mieux vaut consulter plusieurs professionnels pour obtenir l’avis le plus éclairé possible. » Dans le doute, demandez d’abord l’avis d’un médecin spécialiste de votre pathologie.

Retenez enfin que les maternités en mesure d’accueillir des personnes en situation de handicap sont une exception. « Certes, la loi oblige les établissements publics à être accessibles à tous, mais ce n’est pas le cas pour le mobilier, explique Béatrice Idiard-Chamois. Les tables de gynécologie, par exemple, sont rarement à hauteur variable. Il faut donc souvent réunir une ou plusieurs tierces personnes pour le jour de l’accouchement. » N’hésitez pas à vous faire conseiller en contactant l’Institut mutualiste Montsouris de Paris ou en vous rapprochant d’associations telles que Handiparentalité.
 

Pour aller plus loin

« Maternité – Handicap et parentalité » sur le site de l’Institut mutualiste Montsouris

Le site de l’association Handiparentalité

« Grossesse : démarches et accompagnement » sur le site de l’Assurance maladie

« Un collectif pour soutenir les parents handicapés »

– Tous nos articles sur la thématique du handicap

– Tous nos articles sur la thématique de la grossesse

Source : https://www.caf.fr/allocataires/vies-de-famille/vivre-avec-un-handicap/vos-droits/handicap-une-grossesse-tres-suivie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.