Coronavirus : La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive comme facteur de risque.

Les 700 000 Français atteints de BPCO courent-ils un risque majeur face au Covid 19 ? Oui, affirme l’association dédiée à cette maladie respiratoire qui lance un cri d’alarme et appelle le gouvernement à prendre des mesures.

Jamais une épidémie n’avait autant inquiété… Inutile de préciser le nombre de personnes atteintes par le Coronavirus, le compteur s’affole de minutes en minutes. Les experts ont beau affirmer que les risques de décès (environ 1% selon les dernières estimations scientifiques) restent limités dans la population qui n’est pas touchée par une autre maladie ou jeune et que, dans la majorité des cas, le Covid-19 entraîne des symptômes bénins ou modérés (toux, fièvre, fatigue…), la pagaille planétaire a commencé.

5 à 10 % des adultes

Il est pourtant un public qui ne partage pas ce constat « optimiste » : les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive, sujets à une détresse respiratoire aiguë. Cette maladie pulmonaire méconnue due à une inflammation et à une obstruction progressive des bronches est pourtant largement répandue puisqu’elle touche 5 à 10% des adultes. Souvent due au tabagisme, elle se caractérise, dans un tiers des cas, par une difficulté à respirer (une dyspnée) qui handicape la personne, surtout avec l’avancée en âge. Ses symptômes : bronchite chronique (toux grasse pendant plusieurs mois chaque année), bronchites à répétition ou sensation progressive de manque d’air.

Un cri d’alarme

L’association France BPCO lance donc un cri d’alarme le 2 mars 2020 via un communiqué. « Arrêtez de parler des vieux, des enfants (quasiment aucun n’est touché, heureusement), des diabétiques, des cardio-vasculaires parce que (…) le Covid 19 détruit les poumons et ce n’est pas les asthmatiques non plus qui sont en danger vital, mais bien les 700 000 BPCO au stade sévère que nous sommes et dont personne ne parle ». Et d’ajouter, « dans toute épidémie se transmettant par voie respiratoire, les individus à plus haut risque sont (…) les BPCO, dont les plus affectés sont au stade d’insuffisants respiratoires ».

Les premiers résultats d’une étude dévoilée le 27 février 2020 par des chercheurs chinois et réalisée sur 1 500 patients semble en effet lui donner raison. Parmi les différentes maladies, elle estime que la BPCO est celle qui accroît le plus le risque (multiplié par 2,68), derrière une tumeur maligne (3,5), mais devant le diabète (1,59) et l’hypertension (1,58). Néanmoins, ces conclusions n’ont pas encore été publiées dans une revue scientifique et appellent donc à la prudence.

Le ministre de la Santé alerté

Dans ce contexte tendu, France BPCO a adressé un courrier au ministre de la Santé, Olivier Véran, dans lequel elle demande que les services de santé soient sensibilisés au cas des patients atteints de BPCO et qu’ils puissent bénéficier des masques les plus protecteurs (dits FFP2), normalement destinés au personnel soignant. « Les BPCO ne respirent pas mal, ils étouffent déjà en permanence », ajoute l’association qui estime à 4 millions le nombre de personnes concernées en France alors que seules moins d’un million seraient déjà diagnostiquées.

Source : https://informations.handicap.fr/a-BPCO-coronavirus-risque-12668.php

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.