Le Collectif HandicapS s’exprime sur la situation de l’emploi des personnes en situation de handicap .

Arnaud de Broca, président du «Collectif Handicaps»

La période actuelle, compliquée pour tous les travailleurs, l’est encore plus pour les personnes en situation de handicap. «Nous craignons effectivement une situation compliquée», confirme Arnaud de Broca, président du «Collectif Handicaps», qui fédère 48 associations.

La crainte se place à deux niveaux. Pour l’accès à l’emploi dans un premier temps. En effet, dans des secteurs où les recrutements sont déjà en baisse, et en pleine crise sanitaire, certains employeurs pourraient être d’autant plus réticents à recruter des travailleurs handicapés, en les considérant par exemple comme des personnes à risques. Or, il s’agit d’un préjugé. «On peut être une personne handicapée et ne pas être plus vulnérable au Covid que d’autres salariés», rappelle Arnaud de Broca. Les formes d’handicaps sont variées et couvrent une multitude de réalités. Le deuxième sujet est celui du maintien dans l’emploi. «Il y a la crainte aussi que l’on voit  une augmentation de licenciements pour inaptitude dans un contexte économique compliqué».

Tout cela alors que, même avant la crise, la situation des travailleurs handicapés était «dramatique», rappelle le président de Collectif Handicaps. Depuis 1987, la loi impose à toutes les entreprises d’au moins 20 salariés de compter 6% de travailleurs handicapés, mais la situation a-t-elle vraiment évolué? «Il fut un temps, on était à un taux de chômage trois fois supérieur au reste de la population. Ces derniers temps on était plutôt à deux fois supérieur. Mais on reste à un taux de chômage extrêmement important», développe Arnaud de Broca.

Les enjeux du télétravail, un sujet qui avance plus ou moins vite selon les handicaps… Retrouvez l’interview complète d’Arnaud de Broca, président du «Collectif Handicaps»

« La conviction est essentielle »

C’est dans ce contexte que le gouvernement vient d’annoncer une prime d’un montant maximal de 4 000 euros pour l’embauche d’un travailleur handicapé. Celle-ci sera attribuée aux structures de toutes les tailles (entreprises et associations) dont le recrutement a lieu entre le 1er septembre 2020 et le 28 février 2021, en CDI ou CDD d’au moins 3 mois et rémunéré jusqu’à deux fois le Smic. «C’est une prime nécessaire. Si elle peut booster les embauches tant mieux. Mais je crains que cela ne suffise pas», commente Arnaud de Broca.

La question est notamment de savoir comment les entreprises peuvent encore accélérer sur le sujet. En somme, quelles sont les bonnes pratiques de celles pour lesquelles embaucher des travailleurs handicapés est devenu tout à fait banal? «C’est une évidence ce que je vais dire mais il faut que ce soit porté au plus haut niveau. À la fois par la DRH et ensuite par les différents responsables », commence Arnaud de Broca. «Je pense que s’il y a une volonté de l’entreprise d’en faire un sujet de recrutement, de développement, de responsabilité sociale de l’entreprise, on voit que cela peut se développer. La conviction est essentielle. On a vu des entreprises faire des bonds sur le sujet parce qu’il y avait une conviction d’un DRH ou du directeur».

Les DRH et leur rôle moteur

«C’est essentiel mais cela ne suffit pas non plus », poursuit le président du Collectif Handicaps. Celui-ci rappelle qu’une des difficultés concerne également le «collectif de travail», c’est-à-dire les collègues. «Là, il y aussi des actions de sensibilisation à mener pour faire en sorte que cela se passe bien». Savoir organiser le travail un peu différemment, s’entourer d’associations comme l’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapée) ou les Cap emploi font aussi partie des enjeux. 

Les DRH, dont le sujet fait partie de leurs missions, sont bien sûr au cœur de tous ces enjeux, mais comment peuvent-elles encore plus être un moteur? «On se rend compte que là où la question du handicap est la mieux traitée c’est souvent dans les entreprises où le dialogue social fonctionne déjà bien », remarque Arnaud de Broca. « Ou cela peut être un sujet pour initier et renforcer le dialogue social».

A écouter :

Interview d’Arnaud de Broca, président du «Collectif Handicaps»

Source : http://www.lejournaldesrh.fr/travailleurs-handicapes-quelles-sont-les-bonnes-pratiques-des-entreprises-vertueuses/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.